Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  EXERCICE CDG
Les Opérations de Sauvetage
 

Un navire de pêche sombre en Manche Centrale : 4 marins secourus

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 8 avril 2013
Nom : Un navire de pêche sombre en Manche Centrale : 4 marins secourus
Date : 8/04/2013

Dans la nuit du 7 au 8 avril 2013, peu après minuit, le navire de pêche français LOIC-LUCAS est entré en collision avec un cargo de 110 mètres de long battant pavillon néerlandais.

Le chalutier de 15 mètres immatriculé à Caen ayant subi une importante voie d’eau, l’équipage prévient très rapidement le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Jobourg en lançant une alerte ASN (appel sélectif numérique).
Ce dispositif, qui s’apparente à un SMS d’urgence transmis par VHF marine, permet au CROSS d’identifier immédiatement le LOIC-LUCAS et de connaître sa position avec précision.

Alors que les 4 marins se préparent déjà à évacuer le navire, le CROSS engage immédiatement "BELLIGOU RESCUE", l’hélicoptère de la marine nationale basé à Maupertus, et, avec l’aide du CROSS Gris-Nez, déroute plusieurs navires de pêche évoluant non loin de là.
Le cargo néerlandais fait également demi-tour pour tenter de porter assistance au chalutier.

L’équipage du LOIC-LUCAS prend place à bord du radeau de sauvetage peu avant que leur navire ne sombre, à 38 nautiques (environ 70 kilomètres) au nord du Cap d’Antifer.

Ils sont recueillis quelques minutes plus tard par le navire de pêche REVE DE MOUSSE, tandis que BELLIGOU, très réactif et déjà sur zone, sécurise les opérations.

Les 4 pêcheurs, tous sains et saufs, sont restés à bord du REVE DE MOUSSE faisant route vers Dieppe où il est arrivé en tout début de matinée.

Conditions météorologiques sur zone : vent de secteur Est de 23 noeuds (environ 45 Km/h), mer 2.

L’hélicoptère EC 225 de la marine BELLIGOU RESCUE
Le LOIC-LUCAS était exploité à Grandcamp-Maisy
Le REVE DE MOUSSE a pris en charge les marins du LOIC-LUCAS quelques minutes après le naufrage