Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  EXERCICE CDG
Les Opérations de Sauvetage
 

Trois opérations de recherche et de sauvetage coordonnées au large de la Normandie ce week-end

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 juillet 2016
Nom : Trois opérations de recherche et de sauvetage coordonnées au large de la Normandie ce week-end
Date : 10/07/2016

Dimanche 10 juillet, 23h30 : Chausey, trois personnes en detresse !
Le dimanche 10 juillet, vers 23h30, un père signale au CROSS Jobourg que sa fille de 19 ans est partie en mer vendredi depuis Granville, à bord d’un voilier de location, avec ses grands-parents et deux amis âgés d’une vingtaine d’année. Le père de la jeune fille a reçu un appel téléphonique très court et haché mentionnant « canot » et « désemparés ».

La vedette de la station SNSM de Granville, Patron JM Camenen, et l’hélicoptère Dragon 50 de la sécurité civile sont immédiatement engagés par le CROSS pour effectuer les recherches de nuit.

A 00h47, la jeune fille parvient à transmettre les éléments suivants par téléphone mobile : elle est à la dérive dans le chenal (Sound) de Chausey avec ses grands-parents alors qu’ils tentent de regagner Chausey à bord de leur annexe dont l’hélice est engagée. Les deux amis étaient quant à eux restés à terre, à Chausey.

Une fois arrivé sur zone, Dragon 50 procède à l’hélitreuillage des trois personnes avant de les déposer à terre où elles sont prises en charge par les sapeurs-pompiers de Chausey. L’annexe a, quant à elle, été prise en remorque par le canot du poste de secours de Chausey ce matin.

23h30, Raz Blanchard, un voilier désorienté, assisté !
Le même soir, vers 23h30, le CROSS Jobourg est informé par le voilier Aria qu’il est victime d’une avarie et qu’il se situe dans le secteur des îles Saint-Marcouf (à l’Est du Cotentin-50), avec deux personnes à bord.

Une fois la position GPS acquise, le CROSS a réussi à localiser le voilier qui se trouvait en fait dans le Raz-Blanchard. Etant donné ce nouveau positionnement, le CROSS décide alors d’engager le canot tout-temps Mona Rigolet de la station SNSM de Goury (50).

Pris en remorque, le convoi est arrivé à 03h17 au port Chantereyne (Cherbourg). Cette opération illustre une fois de plus la méconnaissance des règles de navigation et de positionnement qui nuisent à la sécurité de certains usagers de la mer pratiquant la navigation de plaisance.

23h53, Trouville, inquiétude pour une homme à la mer !
A Trouville (14), le dimanche 10 juillet à 23h53, un nageur-sauveteur, n’étant pas en service, aperçoit un homme d’une quarantaine d’année, habillé, se dirigeant de façon déterminée dans l’eau. Face à ce comportement inhabituel et inquiétant, il décide alors d’alerter le Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) 14 qui relaie le témoignage au CROSS Jobourg.

Un message de détresse est immédiatement émis par ce dernier qui engage l’hélicoptère Caïman de la Marine nationale ainsi que le canot de secours léger et le véhicule de secours et d’assistance aux victimes (VSAV) du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) 14 et la vedette SNSM Michel d’Ornano de la station de Trouville.

Après plusieurs heures de recherche, l’hélicoptère Caïman est relevé par l’hélicoptère Dragon 76, de la sécurité civile, qui prend immédiatement part aux opérations de recherche. A 05H46, c’est la vedette SNSM de Trouville qui est à son tour relevée par la vedette SNSM Notre Dame du Port de la station de Honfleur.

A 07h43, après de 9 heures de recherches infructueuses ayant mobilisé de nombreux et importants moyens de nuit, le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord décide d’interrompre les recherches actives.


Ces trois opérations de recherche et de sauvetage ont nécessité l’engagement de nombreux moyens de sauvetage maritimes et aériens tout au long du week-end. Ces opérations sont également l’occasion de rappeler combien la mer est dangereuse. Il est important, avant toute sortie en mer, de consulter les conditions météorologiques, de vérifier son matériel de sécurité (gilet de sauvetage, fusées rouges, dispositif lumineux et de géolocalisation…) et de disposer d’un moyen de communication adapté pour signaler toute situation de détresse en mer.