Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  EXERCICE CDG
Les Opérations de Sauvetage
 

Recherches en mer pour négligence

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 août 2012 (modifié le 19 août 2012)
Nom : Recherches en mer pour négligence
Date : 18/08/2012

Le samedi 18 août à la mi-journée un plaisancier constate la présence d’une vedette de 5 mètres au mouillage à un mille dans le Nord de la bouée Anvers, à mi-chemin entre la côte Ouest du Cotentin et l’archipel de Chausey. Surpris que personne ne se trouve à bord de l’embarcation dans cette zone relativement isolée, il en informe les autorités.

Concluant effectivement à une forte probabilité de chute à la mer, le CROSS Jobourg engage immédiatement la vedette SNS 444 de la station de sauvetage de Saint-Martin de Bréhal ainsi que l’hélicoptère de la sécurité civile DRAGON 50.

Arrivés sur les lieux en quelques minutes, les sauveteurs relèvent que des cannes à pêche, des tongs et un gilet de sauvetage sont restés à bord. Ils notent surtout que les clefs sont sur le contact.
Compte-tenu des courants et de l’absence de donnée quant à l’heure d’une éventuelle chute, les recherches s’étendent sur une large zone au Nord-Est de Chausey.

Le CROSS associe rapidement au dispositif de recherches la SNS 5093 de Hauteville puis le bulotier LAURINE CLEMENCE et l’embarcatrion pneumatique GALOPIN, qui avaient répondu à son relais de détresse.
Parallèlement, une enquête est conduite à terre, avec le concours de la brigade de gendarmerie de Percy. Il s’agit d’entrer en contact au plus vite avec le propriétaire de la vedette ou ses proches en vue de déterminer l’historique de la navigation du petit navire de plaisance (nombre de personnes à bord, heure probable de la chute à la mer...).

Quand il est enfin possible de contacter le propriétaire, celui-ci déclare qu’il "avait simplement laissé son bateau là parce qu’il était en panne" et "devait revenir le chercher plus tard avec un ami". Sauf que tout à bord portait à croire à un accident.

Le dispositif peut donc être levé par le CROSS.

— -
Un simple information prélable du CROSS ou du sémaphore par le propriétaire de la vedette quant à sa panne et son "stationnement" en cette place inhabituelle, ou encore un simple mot laissé à bord, auraient permi d’éviter le déploiement inutile d’un tel dispositif de recherche.
Cette affaire renvoie à l’opération récemment conduite à Carteret (cf. post du 10 août) suite à la découverte d’un engin de plage dont la perte n’avait pas été signalée...

— -
Coordonnées du CROSS Jobourg pour toute information intéressant la sécurité maritime : 02 33 52 16 16.

SNS 5093 de Hauteville
SNS 444 de Saint-Martin de Bréhal
Hélicoptère de la sécurité civile DRAGON 50