Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  EXERCICE CDG
Les Opérations de Sauvetage
 

Perdus dans la brume au retour des îles Saint Marcouf

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 mars 2011
Nom : Perdus dans la brume au retour des îles Saint Marcouf
Date : 26/03/2011

Quoi ?
EMBARCATION PERDUE DANS LA BRUME

Où ?
Entre Saint Vaast La Hougue et les îles Saint Marcouf

Quand et comment ?
Le 26/03/2011 à 17h06 locale, le CODIS 50 informe le CROSS Jobourg de l’inquiétude des 2 occupants d’un pneumatique parti en début d’après-midi de la plage de Ravenonville pour rallier les îles Saint-Marcouf et surpris par la brume sur le chemin du retour.
A 17h20, une requête après de l’opérateur téléphonique relocalise approximativement l’embarcation aux abords de Saint-Vaast La Hougue.
A 17h40, un dernier contact téléphonique avec les deux jeunes gens révèle que la situation se dégrade à bord : très mauvaise visibilité persistante tandis que le pneumatique embarque de l’eau en raison du clapot. Par ailleurs, l’embarcation ne dispose d’aucun moyen de positionnement et ne peut communiquer qu’à partir d’un téléphone portable dont la batterie s’épuise.
Le CROSS déclenche alors un important dispositif de recherche entre Barfleur et le nord des îles Saint-Marcouf :
- deux véhicules des Pompiers équipés de sirène positionnés sur la plage de Ravenoville et à la pointe du Saire
- la vedette SNS 239 "Philippe Mouchez" et le pneumatique SNS 5053 "Michel le Prael" de Saint-Vaast la Hougue
- le canot tous temps SNS 086 "Amiral de Tourville" de Barfleur
- l’hélicoptère Dauphin de la Marine nationale basé à Maupertus.
A 18h50, l’équipe Pompiers sur la plage de Ravenoville informe le CROSS que le pneumatique vient de toucher la plage, les deux occupants étant sains et saufs.
Liberté de manoeuvre est donnée à tous les moyens : fin d’opération

Météo :
Vent : Nord / 2B - Mer belle - Mauvaise visibilité et brume épaisse dans le sud de la zone

Conseils du CROSS
Cette opération de recherche - qui s’est heureusement terminée - illustre une nouvelle fois l’importance de disposer en mer :
- d’un moyen de communication autre que le téléphone portable et qui permette un positionnement fiable par radiogoniométrie : seule la VHF répond à ce critère.
- d’un moyen de positionnement comme le GPS permettant une localisation très précise.
A minima, l’embarcation doit disposer d’un compas de route : c’est aujourd’hui ce qui a permis à ses occupants de maintenir un cap à l’ouest et de regagner la côte avant la tombée de la nuit...


Télécharger :