Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  EXERCICE CDG
Les Opérations de Sauvetage
 

Le REGARDE AILLEURS a sombré

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 septembre 2014 (modifié le 13 septembre 2014)
Nom : Le REGARDE AILLEURS a sombré
Date : 12/09/2014

Rappel des faits : le 11 septembre vers 13h45, le chalutier Regarde ailleurs, victime d’un incendie, a lancé un appel de détresse au CROSS Jobourg. Les deux membres d’équipage ont évacué rapidement à bord d’un radeau de survie et été pris en charge par une embarcation pneumatique des sapeurs pompiers. Plus de détails.

Le canot SNSM de Ouistreham, le remorqueur d’intervention Abeille Liberté, en lien avec le CROSS Jobourg et la préfecture maritime, ont suivi le chalutier pour tenter de maîtriser l’incendie mais surtout d’éviter son échouement sur le littoral.

Le patrouilleur de service public Pluvier (marine nationale), également présent sur place, était chargé d’informer les usagers de la mer et d’assurer la police du plan d’eau.

En fin de journée une équipe de marins pompiers de Cherbourg a été déployée sur place avec une caméra thermique. Une équipe d’intervention a ainsi pu monter à bord pour récupérer la bouteille de gaz qui s’y trouvait. Cependant l’incendie a repris et obligé l’équipe à évacuer rapidement le chalutier.

Grâce aux moyens d’extinction de la SNSM et de l’Abeille Liberté, le feu a pu être réduit dans la soirée, laissant la possibilité de tenter un remorquage avant l’échouement sur le littoral. Le chalutier a pu effectivement être remorqué pendant quelques minutes avant de chavirer, fragilisé par l’incendie et alourdi par l’eau utilisée pour l’extinction, et de sombrer à 23h au large de la pointe du Hoc.

Le patrouilleur de service public Pluvier est toujours sur place pour récupérer d’éventuels débris qui remonteraient à la surface. Le carburant présent à bord provoque quelques irisations. Il s’agit toutefois d’un hydrocarbure très raffiné et donc volatile, et qui va s’évaporer rapidement. Malgré cela, comme toujours dans ce type de cas, la préfecture maritime entame un dialogue avec l’armateur et son assurance pour faire procéder au relèvement de l’épave.

Une intervention rendue dangereuse par la présence d’une bouteille de gaz
Lorsque le navire ne peut plus être sauvé, l’objectif demeure de limiter les atteintes à l’environnement
Le remorquage du REGARDE AILLEURS a permi de l’éloigner des zones les plus sensibles juste avant qu’il ne coule