Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  EXERCICE CDG
L’actu du CROSS au fil de l’eau

Formation mutuelle entre sauveteurs en mer et équipes médicales

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 23 janvier 2013

Le mardi 22 janvier avait lieu au Havre une séance de formation commune associant les sauveteurs en mer bénévoles de la SNSM et les équipes médicales de projection du SMUR maritime de Seine-Maritime (SAMU 76B).

Désormais régulières, ces sessions visent à améliorer la capacité des différents intervenants à travailler ensemble lors des opérations de sauvetage.

Un sauveteur n’agit en effet jamais seul en mer : il constitue une maille d’une chaîne de sauvetage maritime par nature complexe et diverse.
Dans le cas présent, la séance d’information était véritablement à double sens :
- les équipes de SMUR maritime ont conforté les connaissances des membres de l’équipage de la vedette de sauvetage du Havre en matière de prise en charge précoce des personnes souffrant d’hypothermie
- de leur côté, les sauveteurs de la SNSM ont formé les intervenants médicaux aux gestes élémentaires permettant de limiter les conséquences d’une chute à la mer, toujours envisageable en intervention. Equipement et utilisation des matériels de signalisation et de repérage, attitude et comportement à adopter tant par celui qui est tombé à l’eau que par ses équipiers pour assurer sa récupération étaient au menu de l’après-midi.

A la faveur d’un déplacement sur le Havre prévu ce même jour, le directeur du CROSS a pu observer l’ensemble de cette session de formation mutuelle et constater l’excellent état de préparation des unités de sauvetage et d’intervention régulièrement sollicitées par le CROSS Jobourg.

Un peu de théorie avant de sortir en mer (ici au local de la SNSM)
Les stagiaires du SMUR maritime attentifs au briefing du patron de la vedette de sauvetage
Exercice réel de récupération d’homme à la mer : lancement de la ligne de vie au "naufragé" du jour
"Du monde à hisser ! " Les urgentistes à la manoeuvre, et vite (l’eau est à 9°C...)
Temps de survie estimé sans protection thermique : moins d’une heure... et à condition de disposer d’une réserve de flottabilité (brassière, gilet à gonflage automatique, VFI...)