Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  EXERCICE CDG
Les Opérations de Sauvetage
 

Disparition dans le Havre de Lessay

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 17 février 2017 (modifié le 24 février 2017)
Nom : Disparition dans le Havre de Lessay
Date : 17/02/2017

Jeudi 16 février 2017 vers 20h45, un homme signale à la brigade de gendarmerie de Créances-Lessay (50) que son amie, âgée de 63 ans, se trouve isolée par la marée sur un rocher.

Immédiatement informé, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Jobourg décide d’engager l’hélicoptère de la Sécurité Civile (Dragon 50), les vedettes Père Lefort et Jean-Paul Grosse des stations de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) de Saint-Germain-sur-Ay et de Pirou ainsi qu’une équipe de pompiers équipée d’un moyen nautique. En raison de la brume et en l’absence de communications directes entre la personne recherchée et le CROSS, aucun moyen aérien n’a pu être déployé.

Le dispositif maritime est complété par des recherches menées à terre par des équipes de pompiers et de gendarmes.
Le Préfet Maritime décide à 00h45 de suspendre les recherches, au vu du manque de visibilité et du risque croissant lié aux recherches dans la zone dans ces conditions.

Ce matin, vers 08h00, le CROSS a repris les recherches en déployant les mêmes moyens que la veille. L’hélicoptère Dragon 50 de la Sécurité civile, stationné à Granville, peut maintenant participer aux opérations. Cinq minutes après être arrivé sur zone, l’hélicoptère parvient à localiser le corps de la personne disparue au niveau de l’embouchure du havre de Lessay.

Le Cotentin est un territoire particulièrement riche et apprécié par les amoureux de la pêche à pied. La diversité de son littoral (voir photo satellite), la brume qui accompagne souvent les périodes de redoux, la rapidité de la montée des eaux ainsi que les courants puissants qu’elle engendre font que cette activité requiert, plus qu’ailleurs, une vigilance de tous les instants.

Cet événement incite à rappeler quelques règles de sécurité :

1 - bien s’informer sur l’horaire des marées et ne pas s’aventurer trop loin et seul sur l’estran pour ne se retrouver piégé ;
2 - éviter les conditions météorologiques défavorables comme le brouillard qui peut priver de tout repère par rapport à la côte ;
3 - porter des vêtements de sécurité adaptés à l’activité pratiquée (une aide à la flottabilité peut s’avérer salvatrice) ;
4 - prévenir une personne à terre de vos intentions (heure de retour notamment) ;
5 - rester à distance raisonnable d’un abri sur la terre ferme ;
6 - enfin donner l’alerte au plus tôt et directement au CROSS Jobourg en composant le 196.
Le CROSS dispose de moyens permettant de vous localiser notamment si vous êtes équipé d’untéléphone disposant d’une puce de localisation (fonction GPS) et d’une transmission de données (connexion internet).

Si vous êtes victime ou témoin d’un accident en mer, contactez le CROSS au 196.

Ce site dispose d’un Forum d’échanges et d’informations pratiques.


Cette photographie montre les pièges que cache le Havre de Lessay et toute la difficulté pour mener à bien des recherches dans cette zone. Les bancs de sable et de vase isolés imposent souvent des recherches pédestres ou aéronautiques (dans ce cas la recherche par les airs était inadaptée à cause du brouillard et la recherche pédestre fortement handicapée voire dangereuse pour les mêmes raisons).

capture vcour

Cette seconde photographie met en évidence les forts courants qui entrent en action une fois les bancs de sables submergés. (Trainées d’écumes)

et ils bougent

Enfin, comme au Mont St Michel, les bancs de sable se déplacent en fonction des tempêtes et des grandes marées.

Dragon 50

SNSM de Pirou

SNSM de Saint Germain sur AY

Moyens pompiers

Sémaphore de Carteret (aide à la couverture radio dans cette zone).